Alors, c'est tout. Je suis arrivé et maintenant je dois disparaître. Je vais retourner en aout. À bientôt. Vous me manquez. J'ai très très peur. Mais les choses doivent être faites, no? Demandez Jacque Brel. 

Je suis désolé pour tout erreurs.

On y va...

 

We want to hear what you think about this article. Submit a letter to the editor or write to letters@theatlantic.com.